Publications  

Stabilité en question

Alain Duclos, TRANSMONTAGNE

Publication dans Neige et avalanches n°85, mars 1999, p. 19, ANENA

__________________________________________________________________________________________Abstract

Question about stability

A shooting of dynamite has been done to try to release a snow slab. As the effect of this shooting was null, we made a snow profile only one meter far from the hole due to the explosion. It was surprising to verify the presence of a week layer (depth hoar) under a thick layer of snow brought by the wind. This is only an example. However, it reminds our lack of knowledge about snow stability.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le skieur averti aura décelé, derrière l’épaule érodée par le vent, la combe gonflée de neige (Photo 1). Le nivologue émérite aura identifié, en examinant le profil stratigraphique, un manteau neigeux potentiellement instable (Figure 1). Le pisteur expérimenté aura pourtant reconnu, au milieu de la dite combe, le cratère laissé par l’explosion de plus de 4 kg de dynamite : tir négatif !

L’effet du vent est illustré par la différence de constitution du manteau neigeux entre l’endroit du premier sondage, et un autre situé à seulement une dizaine de mètres de distance, pour une altitude identique et une exposition similaire (Figure 2). La neige était donc accumulée par le vent à l’endroit choisi pour le tir. La stabilité du manteau neigeux à cet endroit est considérée comme faible si l’on se réfère à la colonne " CT " du profil stratigraphique : un indice inférieur à 1 illustre théoriquement une contrainte supérieure à la résistance. Ici, l’indice 0.7 signifierait que la couche de gobelets enfouie n’est pas capable de supporter sans se cisailler le poids de la neige qui la recouvre.

Les tirs négatifs dans des pentes chargées ne sont pas rares. Pour ma part, c’est la première fois que je réalise un profil stratigraphique juste à côté. Le résultat est étonnant. Inexplicable pour l’instant, d’autant plus que la pente en question a donné lieu dans le passé à de grosses avalanches de plaques, induites par des conditions semblables de transport de neige par le vent.

Ce cas est cité à titre d’exemple, pour mettre en garde les hommes de terrain comme les juristes ou les scientifiques : les mécanismes qui régissent la stabilité des manteaux neigeux ne sont que très mal connus. Le diagnostic est souvent délicat. L’erreur, malheureusement, est parfois lourde de conséquences.

 

 Photo 1. Une pente inclinée à 30°, de la neige accumulée par le vent, et un tir d’explosif négatif. photo A. Duclos.

Figure 1. Profil stratigraphique réalisé à 2 m de distance du tir négatif.

Figure 2. Profil stratigraphique réalisé à environ 10 m de distance du premier, à la même altitude et avec une exposition similaire.